Comment obtenir un bilan de compétences auprès de son employeur ?

Le bilan de compétences permet d’analyser les compétences professionnelles et personnelles, ainsi que les aptitudes et motivations en appui d’un projet d’évolution professionnelle et, le cas échéant, de formation. Cet outil peut être un vrai tremplin de carrière.

Il est souvent lié à un licenciement, un départ de l’entreprise, une envie d’évolution de poste ou d’une orientation vers un autre métier.

Réalisé pendant ou en dehors du temps de travail, le bilan de compétences se déroule dans un organisme agréé de votre choix, qui garantit la totale confidentialité de la démarche.

Pour le réaliser, il convient de répondre aux conditions suivantes et de trouver le bon moment ainsi que le bon prestataire :

  • Être salarié du secteur privé, en contrat à durée indéterminée ou déterminée,
  • Être demandeur d’emploi : la demande doit alors être faite auprès de Pôle Emploi, de l’APEC ou de Cap emploi,
  • Être salarié du secteur public (fonctionnaires, agents non titulaires…) : textes spécifiques mais dans des conditions assez similaires aux salariés.

 

Si le bilan de compétences est à l’initiative du salarié :

S’il choisit de mobiliser ses droits de formation, et de réaliser le bilan en dehors du temps de travail, le salarié n’est pas tenu d’en informer son employeur.

Dans le cas contraire, le salarié doit demander l’accord préalable de l’employeur selon les règles propres à l’utilisation des droits formation.

Pour cela, il devra remplir certaines conditions en fonction de sa situation :

  • Pour un salarié en CDI : il faut justifier de 5 années de salariat, consécutives ou non, dont 12 mois au sein de l’entreprise dans laquelle il effectue la demande. À noter qu’un délai de franchise de 5 ans doit être respecté entre deux bilans ;
  • Pour un salarié en CDD : il faut justifier de 24 mois de salariat, consécutifs ou non, au cours des 5 dernières années dont 4 mois, consécutifs ou non, au cours des 12 derniers mois.

 

 

 

Si le bilan de compétences est à l’initiative de l’entreprise :

Le bilan de compétences ne peut être réalisé qu’avec le consentement de l’employé.

Il fait alors l’objet d’une convention tripartite signée par le salarié, l’employeur et l’organisme prestataire de bilan.

La convention précise les objectifs, le contenu, les moyens, la durée et la période de réalisation, les modalités de réalisation, les modalités de remise des résultats détaillés et du document de synthèse, ainsi que le prix et les modalités de règlement du bilan.

Le salarié dispose d’un délai de 10 jours pour faire connaître son acceptation en restituant la convention qu’il aura signée, sachant que son absence de réponse au terme de ce délai vaut refus.
Ce refus ne constitue ni une faute ni un motif de licenciement. Lorsque le bilan de compétences est réalisé sur le temps de travail, il est assimilé à l’exécution normale du contrat de travail. Le coût du bilan est à la charge de l’employeur, sauf si les droits formation sont mobilisés.

Le déroulement du bilan de compétences

La démarche comprend obligatoirement trois phases sous la conduite du prestataire. Le temps consacré à chaque phase est variable selon les actions conduites pour répondre au besoin.

Une phase préliminaire pour :

  • Confirmer votre engagement dans la démarche ;
  • Définir et analyser la nature de vos besoins ;
  • Informer des conditions de déroulement du bilan, des méthodes et techniques mises en œuvre.

 

Une phase d’investigation pour :

  • Analyser vos motivations, intérêts professionnels et personnels ;
  • Identifier vos compétences, aptitudes professionnelles et personnelles et le cas échéant, évaluer vos connaissances générales ;
  • Déterminer vos possibilités d’évolution professionnelle.

 

Une phase de conclusion pour :

  • Prendre connaissance des résultats détaillés de la phase d’investigation ;
  • Recenser les facteurs susceptibles de favoriser ou non la réalisation d’un projet professionnel et le cas échéant, d’un projet de formation ;
  • Prévoir les principales étapes de la mise en œuvre du projet retenu.

 

Durée et modalités de réalisation du bilan de compétences

La durée du bilan de compétences varie selon le besoin de la personne. Elle ne peut cependant excéder une durée maximum de 24 heures, et se répartit généralement sur plusieurs semaines.

On l’a vu, le bilan s’effectue sur le temps du travail ou hors temps de travail.

Faire un bilan de compétences durant le temps de travail

Pour faire votre bilan de compétences durant le temps de travail, il vous faut obtenir une permission d’absence. Pour cela, vous allez devoir solliciter auprès de votre employeur, 2 mois avant le jour prévu de démarrage du bilan, une demande d’autorisation d’absence de 24 heures. À compter du jour de réception de votre demande, l’employeur est tenu de répondre dans le mois qui suit. Ce dernier peut accepter ou refuser la demande.

Pour espérer une suite positive, il faut que vous répondiez aux conditions requises énoncées plus haut et votre absence ne doit pas, en outre, compromettre la bonne marche de la société, du Service ou de la Direction. Si vous obtenez la permission d’absence, les 24 heures vous seront rémunérées comme si vous étiez en fonction.

Faire un bilan de compétences hors temps de travail

Lorsque vous souhaitez faire votre bilan de compétences hors temps de travail, vous n’êtes pas obligé d’en avertir votre employeur.

Où réaliser un bilan de compétences ?

Le bilan de compétences est obligatoirement réalisé par un prestataire agréé, extérieur à l’entreprise.

Qu’il soit réalisé durant le temps de travail ou hors temps du travail, il s’agit avant tout d’une démarche strictement personnelle permettant :

  • D’analyser ses compétences(ses ressources, ses savoirs et ses savoir-faire, ses soft skills, sa valeur ajoutée), d’identifier ses aspirations (ses valeurs, ses besoins, sa personnalité) afin de définir un projet professionnel accompagné ou non d’un projet de formation,
  • D’améliorer le niveau de satisfaction au travail, mais aussi de développer l’employabilité et de sécuriser le parcours professionnel. Il s’accompagne d’un plan d’action permettant sa mise en œuvre.
  • De constituer une projection positive vers l’avenir. Le bilan vise en effet à développer des aptitudes pour mieux s’orienter et piloter sa carrière de façon autonome.
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *